SEUO-UOSU-Logo

Déclaration sur les frais de report

Chers Président Jacques Frémont, Comité de l’administration et Vice-provost, équité, diversité et excellence en matière d’inclusion Awad Ibrahim,

Nous vous écrivons aujourd’hui en tant que leaders étudiant.e.s élu.e.s représentant les étudiant.e.s de premier cycle de l’Université d’Ottawa. Nous sommes profondément préoccupé.e.s par le fait que l’Université envisage d’imposer des frais administratifs de 100 $ aux étudiant.e.s demandant des reports d’évaluations à partir de septembre 2024. 

Comme vous le savez, la déclaration d’absence à une évaluation a été approuvée par le Sénat de l’Université le 17 avril 2023 et est entrée en vigueur le 18 septembre 2023. Elle permet aux étudiant.e.s de déclarer une absence à une évaluation par cours et par semestre pour des raisons médicales ou en cas de circonstances personnelles exceptionnelles, sans documentation.  

Il nous a été communiqué qu’une taxe administrative liée à ce processus est envisagée en raison du nombre accru de demandes de report. Bien que nous puissions certainement comprendre la contrainte administrative que cela entraîne, cette augmentation était entièrement prévisible. Nous éprouvons une grande inquiétude concernant le précédent qui serait créé si l’Université facturait aux étudiant.e.s leur incapacité à prévoir et à se préparer aux impacts des politiques qu’elle a mises en place. 

À notre connaissance, cinq options ont été envisagées pour atténuer le nombre croissant de demandes de report : 

  1. Revoir la pondération des évaluations pour les étudiant.e.s dont la demande de report a été approuvée ; 
  2. Rendre les professeurs responsables de la gestion de toutes les demandes de report sauf pour les examens finaux ; 
  3. Modifier le formulaire de demande de report pour exiger une documentation pour toute demande de report ; 
  4. Ajouter des frais administratifs aux demandes de report ;  
  5. Faire en sorte que l’administration centrale gère les demandes de report pour les examens de mi-session et pas seulement pour les examens finaux.

 

Le choix de l’administration centrale de maintenir le système actuel et d’ajouter des frais administratifs est décevant, injustifié et inéquitable. La mise en œuvre d’une telle taxe créerait une barrière financière qui affecterait de manière disproportionnée les étudiant.e.s à faible revenu vivant avec des ressources limitées et instables dans un contexte de crise du coût de la vie. La mise en place de frais pour les reports d’évaluation renforce l’idée que l’accès aux aménagements académiques dépend des ressources financières. Cela perpétue les inégalités systémiques et mine le principe d’égalité d’accès à l’éducation. De plus, la mise en place de frais de report ne résout pas les problèmes de mauvaise utilisation de l’outil d’autodéclaration et le rend accessible uniquement aux étudiant.e.s les plus privilégié.e.s. 

Le fait d’obliger des étudiant.e.s malades qui ne peuvent pas assumer ce coût considérable à assister aux évaluations peut également entraîner des conséquences qui dépassent les performances académiques individuelles, affectant la santé, le confort et le bien-être de toute la communauté universitaire. Nous ne devrions pas cautionner la propagation de maladies contagieuses, mettant ainsi en danger la santé et le bien-être des autres étudiant.e.s et membres du corps enseignant, en particulier les membres de notre communauté ayant des handicaps ou immunodéprimé.e.s.  

Nous sommes également préoccupé.e.s par les rumeurs concernant la mise en place potentielle d’une structure de frais similaire pour les changements de programme, y compris les modifications de majeures et de mineures. L’Université est et doit rester un moment de développement personnel et d’apprentissage, d’exploration intellectuelle et de découverte de soi. Une telle politique entraverait la capacité des étudiant.e.s à faible revenu à explorer librement leurs intérêts académiques et à poursuivre leurs passions. Il est essentiel de reconnaître que les intérêts et les aspirations des étudiant.e.s peuvent évoluer avec le temps, et qu’on doit les soutenir dans leur parcours de découverte de soi sans contraintes financières inutiles. 

À ce titre, nous exigeons que l’Université n’adopte pas ces frais administratifs inéquitables et demandons une réponse écrite dans les dix (10) jours ouvrables suivants, comprenant les éléments suivants :  

  1. Une explication de l’incapacité de l’Université à se préparer à l’impact d’une politique qu’elle a mise en place. 
  2. Une justification quant à la raison pour laquelle cette option a été sélectionnée parmi toutes celles envisagées. 
  3. Une explication concernant la manière dont l’Université a calculé les frais apparemment arbitraires de 100 $, y compris si elle en tirera un profit.  
  4. Une clarification quant à l’application éventuelle d’une structure de frais similaire pour les changements de programme et/ou d’autres décisions administratives. 

 

De plus, étant donné que, à notre connaissance, aucun.e étudiant.e n’a été consulté.e dans le cadre de ce processus, nous insistons pour qu’une réunion soit tenue avec des représentant.e.s de l’Université, des leaders étudiant.e.s du Syndicat étudiant et des gouvernements étudiants reconnus afin d’aborder plus en détail cette question importante. Nous demandons que cette réunion soit programmée rapidement et qu’elle ait lieu avant la fin du trimestre universitaire. 

Merci pour votre attention.  

Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa 

Association des étudiant.e.s en criminologie 

Association étudiante de la Faculté des arts 

Association des étudiant.e.s en études féministes et de genre 

Association des étudiant.e.s en génie 

Association étudiante des études de conflits et droits humains 

Association étudiante des sciences de la santé 

Association étudiante des études internationales et politiques

Association des étudiant.e.s en sciences de la nutrition

Association des étudiant.e.s autochtones 

Association des étudiant·e·s en sciences de l'activité physique 

Association des étudiant.e.s en développement  

Association des étudiant.e.s en psychologie 

Association des étudiant.e.s en sociologie et anthropologie 

Association des étudiant.e.s en science 

Association des étudiant·e·s pré-diplômé·e·s en sciences infirmières 

Association des étudiant.e.s en communication 

Association des étudiant.e.s en économie 

Association étudiante Telfer 

Association des étudiant.e.s en informatique 

Nouvelles et mises à jour connexes